Le régime cétogène : miser sur les bons gras

Impossible de fréquenter les médias sociaux ces jours-ci sans croiser des adeptes du régime cétogène. Mais au fait de quoi s’agit-il?

Né dans les années 1920, ce régime riche en gras et faible en glucides a été créé pour traiter certaines conditions telles que l’épilepsie. Aujourd’hui, il est adopté par de nombreuses personnes pour la perte de poids, bien que ce ne soit pas son objectif ultime.

Le régime cétogène recommande la consommation de 75 % de lipides (gras), de 20 % de protéines et de 5 % de glucides (sucres), ce qui va à l’encontre des modèles traditionnels. Mais comment peut-on être en bonne santé en mangeant plus de gras?

Essentiellement, le corps puise son énergie des glucides consommés. Quand on commence le mode de vie cétogène, les réserves de glucides diminuent rapidement. Cette courte période de transition entraîne souvent de la fatigue, des maux de tête et des nausées. Une fois ces réserves épuisées, le corps tire son énergie de la cétone produite par la dégradation des graisses par le foie. Appelée « état de cétose », cette période importante et recherchée procure un sentiment de bien-être et de satiété, ainsi que plus d’énergie.

Bien qu’il soit assez restrictif, le mode de vie cétogène permet la consommation des nutriments nécessaires à une vie saine. Il est permis de manger de bonnes quantités de protéines telles que le bœuf, le poulet, du poisson et des œufs. La consommation des légumes est également encouragée, comme ils sont riches en nutriments (épinards, brocoli, laitue, chou frisé). Il faut toutefois privilégier les bons gras (noix, avocats, l’huile d’olive). Il importe de faire les bons choix!

En modération, on peut consommer du fromage, du café ainsi que des petites portions de fruits. Cependant, il faut éviter les aliments qui contiennent beaucoup de glucides tels que les pâtes, les céréales et le pain. Tout comme bien d’autres gâteries sucrées!

Bien que l’adoption d’un mode de vie cétogène puisse offrir des avantages à court terme pour la santé, il est à noter qu’il n’existe pas encore beaucoup de recherches à long terme sur le sujet. Avant d’apporter n’importe quel gros changement à votre régime alimentaire, assurez-vous de consulter une diététiste, soit la spécialiste qui constitue votre meilleure source d’information.